Website Ribbon

S'envoler pour mieux atterrir

J'aime beaucoup prendre l'avion. A chaque fois que je m'envole, c'est souvent pour retrouver ceux que j'aime, revenir en famille, ou bien partir en vacances.

J'aime aussi être en avance pour prendre un vol. Toujours cette peur de louper un avion, de se perdre dans les immenses aéroports. Je profite alors de la tranquillité des salles d'embarquements, plutôt silencieuses, un café à la main, lisant un livre ou bien écoutant de la musique tout en observant cette fourmilière.

Jeudi dernier j'étais donc en avance, admirant le ballet des avions quittant le tarmac. Un aéroport de nuit a beaucoup plus de charmes, toutes ces petites lumières pareilles à un collier de perles courant sur la chaussée...

J'adore décoller de nuit: jamais je n'ai eu vraiment peur de l'avion, du décollage. Sans doute un peu au début, à cause de l'inconnu, du vide.... mais maintenant je profite de cette petite bouffée d'adrénaline, lorsque, l'avion ,toujours au sol, s'immobilise avant de faire vrombir les moteurs et de partir en trombe. Ce petit moment ou il s'incline, s'appuyant de toute l'envergure de ses ailes sur une route imaginaire dans le ciel, ou le train ne touche plus le sol. Cette fugace impression de flottement, puis cette montée vers le ciel, la gravité nous plaquant contre le dossier de notre chaise. La nuit, pendant le décollage, l'impression de survoler un champ lumineux se fait sentir. L'impression de devenir un satellite d'observation chargé des photos nocturnes sur la répartition de l'urbanisation en Europe.

Ensuite, à force de monter et de côtoyer les nuages, la seule couleur à travers les hublots est partagée entre le noir d'encre, le bleu nuit et le gris des nuages piégés dans la lumière émanant de l'avion. Calme, reposant.

Paris - Munich est un vol court: à peine le temps de se perdre parmi l'immensité noire bleutée, qu'il faut déjà redescendre sur terre et abandonner les nuages. La plongée vers Paris est tout aussi lumineuse et envoutante: je n'ai pas le temps de comprendre que l'on atterri, que déjà la secousse du train sur la piste se fait sentir.

7 vox populi:

Jean-Marie a dit…

A l'avion j'adore mais cela fait bien longtemps maintenant et la nuit c'est vraique c'est féerique avec toute les lumières ... ;)

Philippe a dit…

excellent, tu écris très bien et on s'y croirait, y a de la musique dans ton écriture
bonne journée

Aratta a dit…

@Jean-Marie: je prends souvent l'avion, et ce n'est pas près de s'arrêter ;)

@Philippe: merci beaucoup! et bonne journée à toi aussi!

Didi a dit…

je suis déçue...
tu dis ne jamais avoir eu peur de l'avion, sauf peut-être un peu au début... moi je me souviens que je te racontais plein d'histoire d'horreur pendant le trajet et que tu as laissé la trace de tes ongles sur les accoudoirs... ça mérite donc plus qu'un peut-être un peu au début... non? ^^

Aratta a dit…

En même temps c'était la toute première fois que je prenais l'avion :p
Toute personne saine aurait laissé la marque de ses ongles sur l'accoudoir ;)

Didi a dit…

... et merde! encore une raison de me demander si je suis vraiment saine d'esprit...

Aratta a dit…

@Didi: très bonne question!

Copyright © 2008 - Life in Munich - is proudly powered by Blogger
Smashing Magazine - Design Disease - Blog and Web - Dilectio Blogger Template